Vous avez le pouvoir de sauver des personnes, utilisez-le !


Recevez au choix :
des annonces de pétition en ligne
des informations dans une newsletter sur mesure
des consignes d’écriture de vos propres lettres
des actions par SMS...

SOS europe : des personnes souffrent et meurent à nos frontières, arrêtons ça!

« Alors que le bateau coulait, je ne pouvais pas trouver mes amis. Je me demandais : où sont-ils ? Puis j’ai trouvé Omar, mais je n’ai pu trouver aucun autre de mes amis. J’ai essayé d’aider les autres, mais je ne pouvais pas. Omar et moi, nous nous entraidions, mais c’était difficile de nager pendant des heures. Dans l’eau, tout le monde cherchait sa famille ou ses amis ».
Mohammed, 21 ans, un réfugié syrien, décrivant à Amnesty International en mai 2014, la terrible expérience qu’il a endurée le 11 octobre 2013, au moment où le bateau sur lequel il était avec près de 400 personnes, coulait à 112.65 km de Lampedusa, une île italienne en pleine Méditerranée.

Les choix de l’Europe mettent la vie des migrants en danger.

Chaque année, de part le monde, des millions de personnes sont obligées de tout quitter.
Les conflits, la persécution ou la pauvreté sont à l’origine de leur départ forcé. Seul un petit nombre de ces personnes cherche à trouver refuge et une vie meilleure en Europe.



[ Lire la suite » ]

La liberté pour Raif Badawi et son avocat Waleed Abu al Khair

RAIF BADAWI
Depuis le 9 janvier, Raif Badawi doit subir une séance de flagellation tous les vendredis. Sa sentence prévoit qu’il reçoive 50 coups de fouet pendant 20 semaines, pour atteindre 1000 coups en tout. La flagellation constitue une violation de l'interdiction absolue de la torture et des autres traitements cruels, inhumains ou dégradants, inscrite dans le droit international.
Raif Badawi a été flagellé pour la première fois après la prière du vendredi le 9 janvier, en public, devant la mosquée d'Al Jafali à Djedda. Quelques jours plus tard, Ensaf Haidar, la femme de Raif résidant avec leurs trois enfants au Canada, a dit à Amnesty International que son mari souffre énormément, que son état de santé se dégrade et qu’il ne survivrait peut-être pas la prochaine séance. « J’ai expliqué à mes enfants ce qu’il se passait, pour ne pas qu’ils l’apprennent de la bouche de leurs amis à l’école. C’est un choc énorme pour eux. La pression internationale est cruciale, et je pense que si nous continuons à soutenir Raif, cela pourrait porter ses fruits. Nous devons continuer à nous battre », nous a-t-elle dit.



Nous vous demandons donc de signer cette pétition chaque semaine et de la partager autour de vous massivement.



[ Lire la suite » ]

Cinq jeunes femmes chinoises en danger


Les 6 et 7 mars 2015, cinq jeunes femmes chinoises ont été arrêtées arbitrairement par la police en Chine. Il s’agit de Wu Rongrong (武嵘嵘) (30 ans), Zheng Churan (郑楚然) (26 ans), Li Tingting (李婷婷) (26 ans), Wang Man (王曼) (32 ans) et Wei Tingting (韦婷婷) (26 ans). Le seul « crime » commis par ces femmes est de militer pour la défense du droit des femmes à travers l’organisation Women’s Rights Action Group. Cette organisation a mené diverses campagnes spectaculaires pour l’égalité des genres (notamment en ce qui concerne les condition d’accès à l’université) et le problème des violences conjugales. Elle avait l’intention d'organiser, le 7 mars, des évènements dans plusieurs villes de Chine pour dénoncer le harcèlement sexuel dans les transports publics. Elles ont été placées en détention pour avoir "cherché à provoquer des conflits et troublé l'ordre public", un chef d’accusation passible de cinq ans d’emprisonnement et régulièrement utilisé en Chine pour faire taire les défenseurs des droits humains et autres militants.



[ Lire la suite » ]

Action urgente : RDC. Des défenseurs des droits humains détenus au secret .

AU 67/15, AFR 62/1284/2015, 23 mars 2015

ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 4 MAI 2015.
Vérifiez auprès de votre section s'il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci.

Plusieurs défenseurs congolais des droits humains sont toujours détenus au secret, huit jours après que les forces de sécurité ont mis fin à une conférence de presse tenue au centre pour jeunes Eloko Makasi, dans la commune de Masina (Kinshasa).

Le 15 mars, les forces de sécurité ont pris d'assaut les participants à une conférence de presse organisée au centre pour jeunes Eloko Makasi, dans la commune de Masina, à Kinshasa (République démocratique du Congo). Une trentaine de personnes ont alors été arrêtées, y compris des militants de l'organisation de jeunes Congolais Lutte pour le changement (LUCHA), du mouvement sénégalais Y’en a marre et du groupe burkinabé Balai citoyen, ainsi qu'un diplomate américain et des journalistes présents. La conférence de presse, qui faisait suite à un atelier sur l'engagement civique des jeunes dans les processus politiques à l'approche des élections, avait été organisée par des organisations non gouvernementales (ONG) locales : Jeunesse pour une nouvelle société (JNS), Forum national de la jeunesse pour l’excellence (FNJE) et Lutte pour le changement (LUCHA).



[ Lire la suite » ]

Mise à jour : Iran, Hamid Babaei, mis à l’isolement et détenu dans des conditions plus rudes

Hamid Babaei, étudiant iranien poursuivant une thèse de doctorat à l’Université de Liège, a été condamné en Iran le 21 décembre 2013 à six ans d’emprisonnement pour « atteinte à la sécurité nationale par la communication avec des États hostiles », en l’occurrence la Belgique. Il n’a pas eu le droit de consulter l’avocat de son choix, et l’appel qu’il avait interjeté en février 2014 a été rejeté en mai de cette même année.

Vers la mi-février, Hamid Babaei a été placé à l’isolement, puis transféré de la prison d’Evin (Téhéran) à la prison de Rajai Shahr (Karaj), connue pour ses conditions de détention plus rudes encore que celles d’Evin. Or, il souffre de problèmes de santé sérieux et son état actuel est très préoccupant. D’autre part, tous ses livres, indispensables à la poursuite de sa thèse de doctorat, et toutes ses notes lui ont été confisqués. Hamid requiert son retour à Evin et la tenue d’un nouveau procès.



[ Lire la suite » ]

La Chine doit cesser de renvoyer des réfugiés en Corée du nord.

La Chine se trouve en violation flagrante avec la Convention des Nations unies relative au statut des réfugiés à laquelle elle est partie signataire. En effet, elle continue de refouler les Coréens du Nord qui fuient leur pays via la Chine alors que ces personnes risquent de façon certaine d’y être internées, persécutées et torturées. Au regard du droit international et de la situation catastrophique de la Corée du Nord en matière de droits humains, ces personnes méritent clairement le statut de réfugiés et devraient pouvoir rejoindre le pays de leur choix. De fait, la Corée du Nord est régulièrement classée parmi les États les plus répressifs du monde. Cette situation de violations massives de droits humains a été dénoncée par de nombreuses ONG et documentée dans un Rapport de la Commission d’enquête de l’ONU sur les droits humains en Corée du Nord (février 2014).

Nous vous demandons de signer une pétition, adressée au Président chinois, Mr Xi Jinping, en l’enjoignant de stopper le retour forcé des migrants nord-coréens. Cette pétition sera remise aux bons soins de l’ambassadeur de Chine dans le cadre d’une action internationale.



[ Lire la suite » ]

Action urgente (bonne nouvelle): Cameroun. Le journaliste camerounais Gérard Kuissu remis en liberté.

Informations complémentaires sur l’AU 62/15, AFR 17/1237/2015, 18 mars 2015

Le défenseur des droits humains et journaliste Gérard Kuissu a été libéré dans la soirée du 17 mars, après qu’Amnesty International a publié une Action urgente à son sujet et rencontré le colonel responsable du service où il était détenu. L’affaire a également été couverte par des médias locaux et internationaux. [ Lire la suite » ]


Recherche avancée

Recevoir

Recevoir les newsletters

Agir

Agir en ligne
Ecrire vos propres lettres
Agir par sms
Nos dossiers sur du long terme

Soutenir

Devenir membre
Faire un don
Donnez du sens à vos achats

Isavelives.be

Signer en ligne, écrire des lettres, signer par SMS... Agir avec Amnesty, ça marche !

Langue

Connexion utilisateur