Vous avez le pouvoir de sauver des personnes, utilisez-le !


Recevez au choix :
des annonces de pétition en ligne
des informations dans une newsletter sur mesure
des consignes d’écriture de vos propres lettres
des actions par SMS...

Action urgente (suivi): Colombie. Des défenseurs des droits humains continuent d'être menacés de mort

Action complémentaire sur l'AU 229/14, AMR 23/033/2014, 27 octobre 2014

ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 8 DÉCEMBRE 2014 .
Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus.

Une centaine de défenseurs des droits humains defenders ont été menacés de mort le 22 octobre par le groupe paramilitaire des Aigles noirs dans une déclaration envoyée à la Corporation « Nouvel arc-en-ciel », un groupe de réflexion basé à Bogotá. Depuis septembre, les menaces de mort répétées qui visent collectivement des défenseurs des droits humains se sont multipliées en Colombie.

Le 22 octobre, une enveloppe adressée au directeur de la Corporation « Nouvel arc-en-ciel », Fernando Hernández Valencia, a été déposée dans les locaux de l'organisation à Bogotá, la capitale. Elle contenait une menace de mort écrite dans laquelle étaient cités une centaine de défenseurs des droits humains, notamment des militants pacifistes et des dirigeants sociaux. Le message, signé du groupe paramilitaire Commandement central-Aigles noirs, était formulé comme suit: « Vous verrez et subirez un véritable voyage vers l'au-delà. »



[ Lire la suite » ]

Arabie Saoudite. Stop à l’incessante répression des militants de l’ACPRA

L’Association saoudienne pour les droits civils et politiques (ACPRA), l’une des rares associations de défense des droits humains, mais non autorisée, a été fondée en octobre 2009. Elle s'est rapidement imposée comme le principal critique du gouvernement, faisant pacifiquement campagne pour les droits humains et plus particulièrement pour les prisonniers et détenus politiques.

Cependant, depuis 2011, les autorités saoudiennes ont réprimé sans relâche toute forme de liberté d'expression et d'association. Les membres de l’ACPRA ont été, les uns après les autres, suivis et harcelés, arrêtés, interrogés et jugés pour des accusations absurdes qui ne sont pas clairement définies par la loi.



[ Lire la suite » ]

Action urgente: Macédoine. L'interdiction du mariage entre personnes de même sexe est en attente de validation

AU 265/14, EUR 65/001/2014, 22 octobre 2014

ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 3 DÉCEMBRE 2014. Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci.

L'amendement XXXIII, actuellement en cours d'examen devant le Parlement de l'ex-République yougoslave de Macédoine, est discriminatoire envers les personnes lesbiennes, gays, bisexuelles, transgenres et intersexuées (LGBTI) au regard de leur droit à une vie familiale et de tous les droits reproductifs et sociaux associés au mariage. S'il est adopté, la Constitution définira le mariage comme l'union exclusive entre un homme et une femme.

Le 1er juillet, le gouvernement de Macédoine a soumis sept projets d'amendements constitutionnels au Parlement, dont celui de l'amendement XXXIII. Dans sa forme actuelle, cet amendement définirait strictement le mariage comme l'union entre un homme et une femme. Le 27 août, le texte de tous les projets d'amendements a été examiné et adopté par une majorité de parlementaires. Les amendements doivent être soumis à un vote final à la fin du mois d'octobre.



Une précédente version de l'amendement XXXIII définissait la cohabitation officielle, ou toute autre forme de vie commune officielle, exclusivement comme l'union entre un homme et une femme. Cependant, le 16 octobre, à la suite de la publication de l'avis de la Commission de Venise sur le projet d'amendement, le ministre de la Justice a annoncé que cet élément serait retiré de la proposition. Une décision de modifier la Constitution doit obtenir l'aval d'au moins deux tiers des membres du Parlement, ce qui risque d'arriver car le principal parti de l'opposition, qui boycotte actuellement le Parlement, possède moins d'un tiers des sièges. [ Lire la suite » ]

Mexique : 43 étudiants sont portés disparus à Iguala

La disparition de 43 étudiants, qui ont d’abord été la cible de coups de feu tirés par la police et ensuite attaqués par des individus armés non identifiés, est un nouvel épisode dans le drame des disparitions au Mexique, auquel le gouvernement doit faire face immédiatement.

Le vendredi 26 septembre fut un jour sombre pour la ville de Iguala, dans le sud du Mexique : 43 de ses étudiants ont disparu. Après avoir été attaqués par la police et des individus armés non identifiés, environ 25 d’entre eux ont été arrêtés par la police municipale, tandis que d’autres furent séquestrés. Depuis lors, ces étudiants n’ont toujours pas été retrouvés. Ce même jour, au moins six étudiants ont perdu la vie et près de 20 autres furent blessés, certains gravement, suite aux coups de feu tirés par la police et aux attaques de groupes criminels.



[ Lire la suite » ]

Action urgente (bonne nouvelle): Mexique. Libération du prisonnier d'opinion Ángel Amílcar Colón Quevado torturé en détention

Informations complémentaires sur l’AU 184/14, AMR 41/040/2014, 17 octobre 2014

Ángel Amílcar Colón Quevado, prisonnier d'opinion et victime de torture, a été libéré de la prison de Tepic, dans l'État du Nayarit, après avoir été maintenu pendant plus de cinq ans en détention dans l'attente de son procès. Amnesty International pense que la torture, la détention et les poursuites dont il a fait l'objet étaient dues à une discrimination fondée sur son origine ethnique et son statut de migrant circulant sans papiers. [ Lire la suite » ]

Action urgente (suivi): France. Des familles expulsées contraintes de dormir dans un gymnase.

Action complémentaire sur l’AU 261/14, EUR 21/007/2014, 22 octobre 2014
ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 3 DÉCEMBRE 2014

L’expulsion forcée d’un campement précaire installé près de Bobigny, en banlieue parisienne, laisse sans abri plus de 60 personnes, dont 15 enfants et nourrissons. Ces familles sont hébergées dans un gymnase, dans le centre de Paris, mais de manière très provisoire, et aucune solution de relogement ne leur a été proposée.

Le 21 octobre, plus de 300 Roms vivant dans un campement précaire à Bobigny ont été expulsés de force. Des solutions de relogement ont été prévues pour 130 d’entre eux seulement. Plus de 100 personnes ont quitté le campement avant l’évacuation. La police a fait pression sur les autres pour qu’ils quittent la municipalité de Bobigny peu après l’expulsion. Le 22 octobre, à 1 h du matin, une soixantaine de personnes, dont 15 enfants et nourrissons, se sont finalement vues proposer un hébergement provisoire dans un gymnase par le conseil municipal du 10e arrondissement de Paris. Toutefois, elles ne seront pas autorisées à y dormir plus de deux nuits.

Un diagnostic social du campement de Bobigny a été réalisé le 5 août. Or, bon nombre de familles n’étaient pas sur place au moment du diagnostic, effectué pendant les vacances scolaires : elles n’ont donc pas été consultées avant l’expulsion et leurs besoins n’ont pas été pris en compte. En outre, la plupart des solutions de relogement proposées par les autorités n’étaient pas adaptées : en effet, il s’agit de foyers pour travailleurs migrants, qui ne sont pas conçus pour accueillir des familles et se trouvent à plusieurs centaines de kilomètres de Bobigny. Les enfants ne pourraient pas poursuivre leur scolarité dans les écoles où ils sont inscrits.



[ Lire la suite » ]

Iran : Cobra Parsajoo, la femme d’Hamid, risque d’être arrêtée.

Cobra Parsajoo est une étudiante iranienne qui, depuis 2010, poursuivait une thèse de doctorat à l’Université libre de Bruxelles. Elle est retenue en Iran depuis août 2013, suite à l’arrestation puis à la condamnation de son mari, Hamid Babaei, le 21 décembre 2013, pour « atteinte à la sécurité nationale par la communication avec des États hostiles », à savoir la Belgique, pour avoir refusé d’espionner d’autres étudiants iraniens en Belgique.

Dès l’arrestation de son mari, Cobra s’est lancée dans une campagne pacifique en sa faveur, et elle sait depuis juin qu’un procès l’attend elle aussi. Mardi 15 mai 2014, elle a dû se présenter devant la justice, sans avoir droit à un avocat. La décision prise à l’issue de son procès lui sera communiquée ce mardi 21 octobre. Tout porte donc à croire que Cobra sera arrêtée ce mardi !



[ Lire la suite » ]


Recherche avancée

Recevoir

Recevoir les newsletters

Agir

Agir en ligne
Ecrire vos propres lettres
Agir par sms
Nos dossiers sur du long terme

Soutenir

Devenir membre
Faire un don
Donnez du sens à vos achats

Isavelives.be

Signer en ligne, écrire des lettres, signer par SMS... Agir avec Amnesty, ça marche !

Langue

Connexion utilisateur